Chaque lundi, retrouvez la chronique hebdomadaire de Marc Touati
France : les ennuis recommencent... 19/06
Marchés : entre craintes et espoirs... 13/06
Toutes les vidéos
"Quand la zone euro explosera..."
L'un des best-sellers des livres économiques en 2013
Le premier livre a avoir prévu la sortie de la récession dès février 2009
Plus de 15 000 exemplaires vendus
Merci aux 12500 signataires de la
petition pour une BCE responsable
Malheureusement, le combat continue...
Cliquez pour consulter la plaquette du cabinet ACDEFI
L'humeur de la semaine - 14 juillet 2016
Triste hasard ou malheureuse coïncidence : que ce soit en matière de football ou de croissance, la France n’a plus rien gagné depuis 2000. De là à imaginer qu’une victoire à l’Euro 2016 aurait changé la donne de l’économie française, il y a néanmoins un fossé à ne pas traverser. Certes, en 1998-2000, tout paraissait formidable puisqu’en plus de ses exploits footballistiques, l’Hexagone retrouvait enfin le chemin de la croissance forte, après huit ans d’errance dans l’atonie économique. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : alors qu’il n’avait progressé en moyenne que de 1,4 % par an de 1991 à 1997, le PIB français a brusquement bondi de 3,6 % en 1998, puis de 3,3 % en 1999 et enfin de 4,0 % en 2000. A l’évidence, nous ne sommes pas près de retrouver de telles performances. C’est d’ailleurs ce qui a amené certains esprits étriqués à laisser croire que si la France a connu une vigueur économique si impressionnante, c’est grâce à sa victoire au Mondial 1998, puis à celle de l’Euro 2000. Dans ce cadre, certains, notamment du côté de Matignon et de l’Elysée (mais pas seulement), se sont mis à rêver à un nouveau triomphe français à l’Euro 2016, qui aurait pu faire oublier tous les échecs économiques et politiques récents, puis relancer la confiance, donc la croissance et, enfin, faire baisser fortement et durablement le chômage. Malheureusement, les Bleus ont perdu en finale, mais, n’ayons aucun regret, car si cette corrélation foot-économie peut apparaître plaisante, elle est pourtant complètement erronée. Certes, l’Euro 2016 de foot est bien tombé à pic pour occuper les esprits et monopoliser la scène médiatique pendant quelques semaines. Les buts, les cartons jaunes, les « ola » et autres coups francs ont donc pu remplacer les vicissitudes de la « Loi Travail », les blocages sociaux, ou encore la piètre crédibilité des dirigeants français en matière de restauration de la croissance et d’assainissement des comptes publics. Seulement voilà, la fête est déjà finie : et si l’arrivée des Bleus en finale reste une belle réussite, elle n’a évidemment pas effacé les réalités économiques hexagonales qui ont d’ailleurs déjà repris le dessus : croissance molle, chômage toujours élevé, déficits publics plus lourds qu’annoncé par le gouvernement, tensions sociales exacerbées,… Bref, bravo et merci les Bleus et dommage que les dirigeants politiques français restent toujours loin de vos performances…
Economic World - 11 juillet 2016
Après les craintes de la fin 2015-début 2016 sur l’état de la croissance mondiale et avant les effets négatifs du Brexit sur la stabilité économico-financière internationale, les statistiques économiques de juin ont permis de souffler un peu. Et ce, tout d’abord sur le front de l’économie chinoise. En effet, en dépit de la baisse de l’indice Caixin PMI des directeurs d’achat dans l’industrie chinoise en juin (à 48,6), l’indice correspond dans les services a surpris par sa vigueur. En juin, ce dernier a effectivement augmenté de 1,5 point, à un niveau très appréciable de 52,7, qui constitue d’ailleurs un plus haut depuis juillet 2015. Encore plus étonnant, les indicateurs avancés de l'économie américaine ont également nettement augmenté en juin. Malheureusement, bien loin de ces améliorations, les indicateurs avancés de la zone euro, et en particulier de la France, ont ralenti significativement. Si la baisse (certes légèrement amoindrie par rapport à leur première estimation) des indices Markit dans l’industrie et les services de juin étaient déjà connue, l’effondrement de l’indice Sentix de confiance des investisseurs pour juillet apparaît assez inquiétant. D’autant qu’une grande partie de l’enquête a été réalisée avant le Brexit. Et, comme d’habitude, au sein de cette mollesse économique, la France se distingue par son « excellence ». Et pour cause : que ce soit dans les services, dans l’industrie et dans l’ensemble des secteurs d’activité, l’économie française est la seule de la zone euro à apparaître en recul de l’activité selon les enquêtes Markit des directeurs d’achat.
L'humeur de la semaine - 08 juillet 2016
C’est bien connu : le malheur des uns fait le bonheur des autres. Ainsi, depuis le triste vote des Britanniques en faveur du Brexit, de plus en plus de voix s’élèvent pour soutenir que cette mauvaise nouvelle pour le Royaume-Uni et pour l’Europe sera finalement une véritable aubaine pour certains pays européens et en particulier pour la France. Selon eux, l’exit du Royaume-Uni permettrait d’attirer de nombreux investisseurs, entreprises et particuliers actuellement installés outre-Manche sur les terres françaises. Parachevant ce miroir aux alouettes, les dirigeants politiques français, qui avaient pourtant érigé la finance comme leur grand ennemi, souhaitent désormais tout faire pour inciter cette dernière à délocaliser la City à la Cité… Nous nageons donc en pleine schizophrénie. Mais peu importe, puisque ces délocalisations en tous genres devraient relancer massivement la croissance française et permettre ainsi à la France de repasser devant le Royaume-Uni en tant que cinquième puissance économique mondiale. En un mot : magnifique ! Evidemment, nous aimerions adhérer à cette prévision. Pour autant, il nous faut avant tout rester réaliste. Or, en dépit des petits cadeaux fiscaux promis aux futurs investisseurs, entreprises et particuliers étrangers qui viendraient s’installer dans notre douce France, il ne faut pas oublier que l’économie hexagonale reste l’une des plus rigides du monde, avec l’une des fiscalités les plus prohibitives, des coûts du travail parmi les plus élevés, sans oublier une croissance parmi les plus faibles du globe. Les dernières enquêtes de conjoncture l’ont encore dernièrement montré : la France est le seul pays de la zone euro dans lequel les indicateurs des directeurs d’achat indiquent une baisse de l’activité, et ce, tant dans l’industrie que dans les services. Aussi, plutôt que de laisser croire que la croissance française va sortir grandie du Brexit, il serait plus opportun de rappeler que si le Royaume-Uni pourra sortir sans trop de dégâts de l’Union européenne, il n’en sera absolument pas de même pour la France. Explications...
L'humeur de la semaine - 30 juin 2016
C’est bien connu, l’humour anglais est très particulier et pas toujours très drôle. Il a néanmoins engendré quelques comédies cinématographiques sympathiques telles que celles des Monty Pithon, Good Morning England, Johnny English, ou encore trois mariages et un enterrement. Les ingrédients sont généralement les mêmes : scénario improbable, humour décalé, héros schizophréniques et suicidaires, le tout dans un environnement plutôt glauque. Avec le Brexit, les Britanniques ont donc décidé de nous faire le même coup, mais cette fois-ci dans la vie réelle et avec des conséquences qui risquent d’être bien plus dramatiques qu’au cinéma. Le Brexit consacre effectivement quatre divorces et un enterrement. Le premier coule de source ou plutôt des urnes, puisqu’il s’agit du divorce entre le Royaume-Uni et l’Union européenne. Deuxième divorce, celui qui s’observe au sein même du Royaume-Uni. Car si l’Angleterre et le Pays de Galles ont massivement voté pour le « Leave », l’Ecosse et l’Irlande du Nord se sont largement exprimées pour le Remain. Troisième divorce, celui qui s’observe entre les « jeunes » et leurs ainés. Quatrième divorce, qui s’observe lui aussi dans la plupart des pays européens, celui entre les « élites » et le « peuple ». Dès lors, en l’absence d’un vrai projet européen pour la croissance et l’emploi, les populations sont évidemment tentées de revenir en arrière, de se replier sur elles-mêmes et de dire « non » à l’Europe. D’où le triste épilogue très probable de cette comédie dramatique à l’anglaise, en l’occurrence l’enterrement de l’Union européenne. Espérons donc que, pour une fois, les dirigeants européens seront à la hauteur de la situation, sinon la comédie à l’anglaise sera certainement remplacée par un drame à la française du type « La haine »…
Economic World - 27 juin 2016
Avant même la catastrophe du Brexit, les indicateurs avancés de la conjoncture en France et dans la zone euro ont indiqué que la rechute avait déjà commencé. Au grand dam des dirigeants politiques hexagonaux. Sur ce point, il faut d’ailleurs reconnaître que depuis 2010, l’Exécutif français n’a pas lésiné sur le vocabulaire de la reprise. Ce fut d’abord « la crise est finie » employé par Nicolas Sarkozy de 2010 à 2012 et repris ensuite par François Hollande dès l’été 2012. Malheureusement, à cause d’une politique fiscale trop restrictive, la croissance est retombée à 0 % à la fin 2012 et au début 2013. Qu’à cela ne tienne, dès l’été 2013, c’était au tour de « la reprise est là » d’inonder les discours présidentiels. Une fois encore en vain. Mais ce n’est pas tout, puisque l’alignement des planètes de l’année 2015 a donné une nouvelle chance à la « reprise », permettant à notre Cher Président de lancer un nouveau slogan depuis quelques mois, en l’occurrence « ça va mieux ! ». Seulement voilà, quand la pluie s’installe et que le ciel bleu ne veut pas revenir, il n’y a pas grand-chose à faire... Ainsi, sans véritable surprise pour ceux qui suivent nos prévisions, les derniers indicateurs avancés de l’économie française ont confirmé que la petite reprise technique de la fin 2015 était déjà terminée. En effet, en dépit du surplus de dépenses liées à l’Euro 2016 et certainement à cause des blocages et des grèves en tous genres, les indices Markit des directeurs d’achat ont fortement chuté en juin. Ce qui augure d'une fin de deuxième trimestre et d'un second semestre 2017 très difficiles...
L'humeur de la semaine - 16 juin 2016
Avec le Brexit c’est un peu comme avec Donald Trump. En effet, il y a environ un an, selon la plupart des sondages, la probabilité que ce dernier emporte les primaires des Républicains était d’environ 1 %. Et pourtant ! De même, il y a encore quelques semaines, la quasi-totalité des sondages annonçaient une victoire facile du Bremain. Or, depuis quelques jours et si les jeux ne sont évidemment pas encore faits, le Brexit est donné victorieux par de plus en plus d’enquêtes d’opinion. Il faut dire que la campagne de Cameron et des pro-Europe contre le « Leave » a été catastrophique. Et pour cause : plutôt que de montrer ce que le maintien du Royaume-Uni au sein de l’Union européenne pouvait lui apporter, ceux-ci ont basé leur campagne sur un catastrophisme autant excessif qu’erroné. Les mêmes élucubrations étaient pléthore lors du refus des Britanniques d’entrer dans l’euro et il n’en a rien été. Mieux, ou plutôt pire pour les partisans de l’Euro à tous prix, le Royaume-Uni est sorti renforcé de sa non-participation à la monnaie unique. Il a par exemple pu bénéficier d’une politique monétaire extrêmement réactive et accommodante. En fait, le Brexit effectif sera certainement beaucoup plus coûteux à l’Union européenne qu’au Royaume-Uni. En effet, un tel scénario ouvrira la boîte de Pandore de l’Exit et cassera définitivement la construction européenne telle que nous la connaissons depuis l’après-guerre. Un mouvement de défiance internationale à l’égard de l’Union s’engagera alors, produisant une tempête financière particulièrement dangereuse. C’est peut-être bien là que réside le vrai enjeu du référendum britannique. A savoir, faire comprendre aux dirigeants européens que l’Europe ne fait plus rêver. Plutôt que de faire peur aux Anglais, il serait donc beaucoup plus opportun de modifier les structures économiques et politiques de l’Union et aussi de la zone euro, de manière à en faire des terres de croissance forte et de chômage faible, tout en assurant la sécurité de leurs citoyens. Sinon, quelle que soit l’issue du référendum du 23 juin, l’Union européenne et la zone euro finiront forcément par exploser.
L'humeur de la semaine - 10 juin 2016
Nous l’avons constamment souligné depuis des années, et notamment au lendemain de la crise de 2008-2009 : les crises font partie de la vie économique. Il ne faut donc pas en avoir peur mais les appréhender comme des phases de mutations et d’opportunités. De la sorte, pour les pays, les entreprises et les particuliers qui ont réussi à les affronter comme telles, elles leur permettent d’en sortir gagnants et même renforcés. Comme disait Friedrich Nietzsche « ce qui ne me tue pas me rend plus fort ». Mais attention, cette réussite suppose deux conditions sine qua non. D’une part, savoir tirer les leçons des erreurs passées pour ne pas les rééditer. D’autre part, posséder une capacité d’adaptation à toute épreuve. C’est d’ailleurs là que résident les principales forces du système capitaliste depuis le XVIIème siècle et plus globalement de l’homo-economicus. A l’inverse, si le dogmatisme et le refus des réformes priment, l’échec est au bout du chemin. Par exemple, il faut savoir admettre que les stratégies économiques focalisées sur l’augmentation des dépenses publiques sont aujourd’hui vouées à l’échec. Continuer de le nier (comme trop de dirigeants politiques le font encore en France) ne produira que de l’inefficacité économique et sociale, ainsi que de graves déceptions qui ne feront qu’accroître les tensions sociétales. Les dernières tristes semaines nous l’ont malheureusement confirmé. C’est en cela que la résilience récente de l’économie française ne peut être que temporaire. En effet, le rebond de croissance de ces derniers trimestres n’est qu’un effet de correction de la faiblesse passée, associé à un alignement des planètes exceptionnel. A présent que les planètes se désalignent (notamment via l’augmentation des cours des matières premières et de l’euro), la réalité structurelle va reprendre le dessus : trop de pression fiscale, trop de rigidités, un manque criant de modernisation du modèle économique et social hexagonal. Autant de handicaps qui engendreront un net ralentissement de la croissance française d’ici la fin 2016.
L'humeur de la semaine - 03 juin 2016
Qui aurait aujourd’hui l’idée saugrenue d’essayer de lire une cassette VHS sur un lecteur DVD ? Qui pourrait encore songer à tenter de recharger son i-phone avec un câble Nokia de la fin des années 1990 ? Certainement pas grand monde. C’est pourtant exactement ce que font certains syndicalistes français lorsqu’ils refusent la moindre modernisation de l’économie nationale et préfèrent lui opposer des grèves destructrices. Selon eux, la « loi Travail », pourtant bien peu ambitieuse mais essayant quelque peu d’améliorer le fonctionnement du marché du travail français, signifierait un retour au 19ème siècle ! Savent-ils qu’à l’époque les ouvriers et artisans travaillaient sept jours sur sept, souvent plus de huit heures par jour, dans des conditions dramatiques, et pour une bien piètre rémunération ? A les entendre, il faudrait brûler les entreprises, les banques et leurs dirigeants avec. Se souviennent-ils qu’une économie sans marché, sans entreprise privée, sans banque commerciale et sans capitalisme a déjà été tentée. Cela s’appelait l’URSS et s’est soldé par des millions de morts, la privation des libertés pour des millions de personnes pendant plus de soixante-dix ans et plusieurs générations sacrifiées. Est-ce cela que les insomniaques de « Nuit Debout » et/ou les partisans d’extrême-gauche souhaitent pour l’avenir de la France ? Certes, l’économie de marché et le système capitaliste sont loin d’être parfaits. Pourtant, plutôt que de les détruire et d’entrer dans un chaos dévastateur, ne serait-il pas plus opportun de les améliorer vers une plus grande efficacité et une plus grande justice sociale ? La réponse nous semble forcément positive. C’est dans ce but et également pour répondre à toutes les questions brûlantes des prochaines années que j’ai écrit mon nouveau livre « La fin d’un monde » (aux Editions du Moment), que je suis en train de finaliser. J’ai donc le plaisir de vous annoncer qu’il sortira le 25 août prochain et sera, je l’espère et grâce à vous, l’un des évènements de la rentrée économique. Merci encore pour votre fidélité.
L'humeur de la semaine - 26 mai 2016
Quelle tristesse ! Alors que la « loi travail » n’est qu’une réformette du marché du travail français (très loin de la refonte structurelle dont a besoin ce dernier), elle a réussi à générer une fronde massive et un mouvement de grèves, de manifestations et de blocage du pays impressionnant. C'est dire l’étendue de l’hermétisme de certains Français à la moindre réforme. Le problème est qu’au-delà de la tristesse qu’elle suscite, cette situation commence à coûter cher à l’économie française qui sort très péniblement la tête de l’eau depuis quelques trimestres. Pire, au regard des préavis de grève et des mouvements annoncés pour les prochains jours, nous ne serions qu’au début de nos peines… Raffineries bloquées, arrêts de travail dans les centrales nucléaires, manifestations un peu partout, et bien sûr grèves chez les contrôleurs aériens, dans les transports en communs et notamment à la SNCF. Lorsque sait qu’un jour de grève à la SNCF lui coûte environ 50 millions d'euros et génère à lui seul un manque à gagner quotidien de 400 millions pour l'ensemble de l'économie française, on peut imaginer l’ampleur des dégâts de l’ensemble de ces grèves et blocages. D’ici le début juin, le coût global devrait avoisiner les 8 milliards d’euros. Mais, au-delà de ces coûts directs, qui sont déjà exorbitants, le vrai coût de la grève est ailleurs. D'une part, il réside dans l'affaiblissement global de l'économie nationale. D'autre part, ce blocage va encore nuire à la piètre crédibilité de l'économie française en matière de capacité à se réformer. Au total, la France pourrait bien tomber dans une crise "à la grecque". Pour éviter d’en arriver là, il faut donc absolument arrêter la démagogie et devenir enfin responsable. Il ne s'agit pas simplement d'un problème de bras de fer entre le gouvernement et les syndicats ou encore de l'établissement de prévisions tronquées, mais de l'avenir de nos enfants…
L'humeur de la semaine - 20 mai 2016
Sommes-nous tous devenus fous ? Le bon sens a-t-il définitivement disparu ? Quand allons-nous nous réveiller ? Au regard des évènements qui secouent les marchés financiers depuis quelques trimestres et a fortiori depuis quelques semaines, telles sont les questions que nous sommes en droit de nous poser. En fait, tous les raisonnements de bon sens apparaissent complétement inversés. En effet, en temps normal, lorsque les statistiques économiques sont meilleures que prévu, les indices boursiers ont plutôt tendance à remonter. Et inversement, lorsque les premières sont décevantes, les seconds dépriment. Or, depuis quelques mois, c’est exactement le contraire qui se produit. Ce phénomène a priori anormal s’est encore observé cette semaine. Ainsi, lorsque les indicateurs relatifs à l’économie américaine étaient relativement mauvais, les bourses flambaient et lorsqu’ils étaient bons, elles dégringolaient. Comme disait Albert Einstein : « Un problème sans solution est un problème mal posé ». Autrement dit, à chaque problème sa solution. Dans le cas précis, la corrélation inversée entre les marchés boursiers et les indices relatifs à l’économie américaine s’explique principalement par la crainte d’un resserrement de la politique monétaire de la Fed. Un phénomène similaire s’observe d’ailleurs sur les taux d’intérêt des obligations d’Etat. En effet, plus les dettes publiques augmentent, plus les taux obligataires baissent, en particulier dans la zone euro. Le tout grâce à un excès mondial de liquidités. Mais a-t-on pensé au jour où cette perfusion excessive cessera et où mécaniquement cet état second prendra fin ? En fait, dans la mesure où cette occurrence fait peur, personne ne veut y songer, ni même la conceptualiser. Pour être honnête, personne ne peut d’ailleurs savoir exactement ce qu’il adviendra pour la simple raison qu’une période de taux monétaire zéro aussi longue et une « planche à billets » mondiale aussi pléthorique sont historiques. La sortie de cet état léthargique le sera donc tout autant...
L'humeur de la semaine - 13 mai 2016
En attendant le référendum sur le Brexit du 23 juin et les élections en Espagne du 26 juin, deux évènements qui risquent de susciter une belle pagaille sur les marchés financiers et sur la stabilité politique européenne, trois autres pays ont déjà commencé à semé le désordre au cours des derniers jours. Par ordre décroissant de proximité, il s’agit tout d’abord du Brésil, qui continue son « telenovela » sur la destitution de la Présidente Dilma Rousseff. Certes, compte tenu des graves erreurs et de l’amateurisme dangereux de cette dernière, qui ont contribué à plonger le Brésil dans une dramatique récession, cette destitution apparaît tout à fait justifiée. Toutefois, elle pourrait susciter à court terme une forte instabilité sociale dans le pays, avec risque d’émeutes, voire de guerre civile à la clé. Plus proche de nous, un autre évènement majeur est sur le point de se produire et de créer un précédent qui sera lourd de conséquence. A savoir, la suppression prochaine d’une partie de la dette grecque. En effet, même si cela n’est pas encore officiel et en dépit de la médiocrité des réformes engagées en Grèce, les Européens semblent désormais prêts à engager une annulation de quelques milliards de dette grecque ! La boîte de Pandore est donc bien ouverte. A présent que le premier pas de l’annulation de la dette d’un Etat européen a été franchi, la route risque d’être encore longue et pavée de nombreux « write off » des dettes publiques eurolandaises. Si cela n’est pas encore fait, il est donc urgent de vendre ses obligations d’Etat, y compris celle de la France. Nous touchons là au troisième évènement fâcheux de la semaine, en l’occurrence la confirmation que l’économie française est, à l’heure actuelle, irréformable. Certes, pour le moment, notamment grâce à la bienveillance de la BCE qui permet de maintenir les taux d’intérêt des obligations de l’Etat français sur des niveaux anormalement bas, ces erreurs stratégiques et le climat quasi-insurrectionnel qui grossit de jour en jour n’ont que peu de conséquences concrètes. Néanmoins, lorsque les Français et les investisseurs vont retrouver leurs esprits, le réveil risque d’être particulièrement douloureux.
L'humeur de la semaine - 06 mai 2016
Ne l’oublions jamais : même s’ils peuvent parfois paraître complexes, voire impressionnants, les marchés financiers ne sont finalement qu’une simple représentation des relations humaines. John Maynard Keynes évoquait les « animal spirits », c’est-à-dire les instincts animaux qui sont tels que, dans le climat troublé qui prévaut sur les marchés, le mimétisme est préféré à la rationalité économique. Dans ce panurgisme structurel, les investisseurs cherchent régulièrement des règles ou plutôt des adages auxquels se raccrocher, a fortiori dans des périodes comme celles que nous vivons depuis la crise de 2008, qui ont renforcé les incertitudes et brouillé davantage les pistes entre les marchés financiers et la réalité économique. En fait, comme tous les dictons, ces proverbes boursiers sont loin d’être toujours vérifiés. Il en est de même pour le fameux mois de mai, qui serait traditionnellement un mois baissier pour les indices boursiers. L’observation du Dow Jones depuis 2000 infirme cette hypothèse. En effet, sur les seize derniers mois de mai, seuls huit ont été négatifs pour le Dow Jones. Cependant, cette année, force est de constater que le contexte économico-politico-financier milite pour une forte baisse boursière, en mai et en juin. En effet, si le mois de mai pourrait réserver pas mal de mauvaises surprises, les dangers de juin s’annoncent particulièrement coriaces : le 2, réunion de la BCE, qui pourrait durcir son discours ; idem le 15, avec la Réserve fédérale américaine ; et surtout : nouveau couperet pour la Grèce qui va devoir rembourser 5,6 milliards d’euros en juin, on ne sait pas encore comment ; référendum sur le Brexit le 23 ; élections législatives à hauts risques en Espagne le 26 ; sans oublier, entretemps, la poursuite voire l’exacerbation de la crise politique au Brésil, mais aussi la publication de nombreuses enquêtes de conjoncture à travers la planète qui pourraient encore jeter le doute sur l’état de la croissance mondiale. Dans ce cadre, nous continuons d’anticiper que les principaux indices boursiers occidentaux, et notamment le Cac 40 et le Dow Jones, devraient perdre environ 10 % au cours des trois prochains mois, avant de remonter légèrement en fin d’année, le tout au milieu d’une tempête de volatilité très difficilement maîtrisable. Accrochez-vous !
L'humeur de la semaine - 02 mai 2016
Avec la reprise française, c’est un peu comme avec le conte de « Pierre et le loup ». A force d’être annoncée en vain, lorsqu’elle arrive (peut-être enfin), personne n’y croit… Depuis 2010, les dirigeants politiques français ont effectivement tout essayé : « la crise est finie », « la reprise est là », « le chômage va fortement baisser » et plus dernièrement « ça va mieux ». Autant d’annonces qui participaient principalement à une méthode Coué renforcée par de nombreux effets marketing, mais qui n’ont finalement pas été suivis d’effets concrets. Du moins jusqu’à la semaine dernière. Car, attention, cette fois « c’est sûr », l’économie française semble vraiment sortir du tunnel si l’on en croit d’un côté les chiffres de la DARES, qui annoncent une forte baisse du nombre de chômeurs en mars et, de l’autre côté, l’INSEE qui a publié des comptes nationaux du premier trimestre 2016, disons-le, exceptionnels ! Mais, au risque de faire de la peine à notre Président de « la reprise est là », cette baisse du chômage est artificielle, pour ne pas dire fallacieuse. Elle ne correspond simplement qu’au début des postes de « formations » des chômeurs, qui consistent à faire passer ces derniers de la catégorie A à la catégorie D ou E. Notons d’ailleurs que, dans ces deux catégories, on compte 1 600 chômeurs de plus sur le même mois de mars. Ne cherchez plus l’erreur, vous l’avez trouvée… Plus globalement, même si nous ne voulons pas remettre en question les calculs de l’INSEE, il faut admettre que la croissance forte des derniers trimestres tranche avec les données de toutes les enquêtes, notamment celles des directeurs d’achat interrogés par Markit, mais aussi celles de l’INSEE auprès des chefs d’entreprise et des ménages. Autrement dit, selon les chiffres officiels, la reprise est là, mais les Français sont las… En fait, compte tenu des dérapages sociaux passés et à venir dans l’Hexagone, du ralentissement de la croissance mondiale, mais aussi des risques internationaux, tels que le retour de la crise grecque, l’occurrence d’un Brexit, la remontée intempestive de l’euro/dollar, ou encore le renchérissement progressif du pétrole et des matières premières, il est clair que la probabilité d’une rechute de la croissance française augmente rapidement et massivement...
L'humeur de la semaine - 22 avril 2016
Pendant que les médias se focalisent sur la piètre popularité de François Hollande et sur les dérapages insomniaques de certains extrémistes de gauche place de la République, d’autres évènements bien plus dangereux pour la stabilité économico-politique de la planète se cristallisent devant nos yeux. Il s’agit tout d’abord de la destitution prévisible de la présidente brésilienne Dilma Rousseff. Si cette dernière a déjà particulièrement brillé par son incompétence et a par là même participé à l’effondrement de la croissance de son pays, le climat insurrectionnel qui sévit dans la patrie de Santos Dumont pourrait laisser des traces durables. Mais sans aller aussi loin, une crise encore plus dramatique pourrait rapidement s’imposer sur notre Vieux Continent. En effet, ce dernier est menacé par au moins trois grands dangers imminents. Le premier est relatif aux nouvelles négociations sur la dette grecque. Eh bien oui, comme tous les ans, la dette exorbitante de l’Etat grec refait parler d’elle. Et pour cause : depuis 2010, on ne fait que poser des pansements, certes de plus en plus gros, mais sur une plaie béante et de plus en plus douloureuse. Avec in fine un fort risque de Grexit. Deuxième danger : le Brexit. Aussi fou que cela puisse paraître et en dépit des alertes catastrophistes (et souvent exagérées d’ailleurs) des dirigeants britanniques et européens, la probabilité de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne ne cesse de croître. Enfin, sur l’échelle des « Exit », il y a encore plus effrayant. A savoir le Gerxit : Germany Exit ! La levée de boucliers de nombreux dirigeants politiques et monétaires allemands face à la politique ultra-accommodante et aussi très peu efficace de la BCE est une nouvelle illustration de ce risque. Au total, l’Europe paraît particulièrement fragilisée, ce qui ne manquera évidemment pas de peser sur l’évolution des marchés financiers mais aussi de l’économie européenne, voire mondiale. Pourtant, en dépit de ces risques évidents, les investisseurs et les bourses internationales continuent de « planer ». Malheureusement, le jour où les effets de l’opium des banques centrales va s’estomper et où la réalité va reprendre le dessus, le réveil sera particulièrement douloureux…
Les analyses hebdomadaires
Triste hasard ou malheureuse coïncidence : que ce soit en matière de football ou de croissance, la France n’a plus rien gagné depuis 2000. De là à imaginer qu’une victoire à l’Euro 2016 aurait changé la donne de l’économie française, il y a néanmoins un fossé à ne pas traverser. Certes, en 1998-2000, tout paraissait formidable puisqu’en plus de ses exploits footballistiques, l’Hexagone retrouvait enfin le chemin de la croissance forte, après huit ans d’errance dans l’atonie économique. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : alors qu’il n’avait progressé en moyenne que de 1,4 % par an de 1991 à 1997, le PIB français a brusquement bondi de 3,6 % en 1998, puis de 3,3 % en 1999 et enfin de 4,0 % en 2000. A l’évidence, nous ne sommes pas près de retrouver de telles performances. C’est d’ailleurs ce qui a amené certains esprits étriqués à laisser croire que si la France a connu une vigueur économique si impressionnante, c’est grâce à sa victoire au Mondial 1998, puis à celle de l’Euro 2000. Dans ce cadre, certains, notamment du côté de Matignon et de l’Elysée (mais pas seulement), se sont mis à rêver à un nouveau triomphe français à l’Euro 2016, qui aurait pu faire oublier tous les échecs économiques et politiques récents, puis relancer la confiance, donc la croissance et, enfin, faire baisser fortement et durablement le chômage. Malheureusement, les Bleus ont perdu en finale, mais, n’ayons aucun regret, car si cette corrélation foot-économie peut apparaître plaisante, elle est pourtant complètement erronée. Certes, l’Euro 2016 de foot est bien tombé à pic pour occuper les esprits et monopoliser la scène médiatique pendant quelques semaines. Les buts, les cartons jaunes, les « ola » et autres coups francs ont donc pu remplacer les vicissitudes de la « Loi Travail », les blocages sociaux, ou encore la piètre crédibilité des dirigeants français en matière de restauration de la croissance et d’assainissement des comptes publics. Seulement voilà, la fête est déjà finie : et si l’arrivée des Bleus en finale reste une belle réussite, elle n’a évidemment pas effacé les réalités économiques hexagonales qui ont d’ailleurs déjà repris le dessus : croissance molle, chômage toujours élevé, déficits publics plus lourds qu’annoncé par le gouvernement, tensions sociales exacerbées,… Bref, bravo et merci les Bleus et dommage que les dirigeants politiques français restent toujours loin de vos performances…