Chaque lundi, retrouvez la chronique hebdomadaire de Marc Touati
France : les ennuis recommencent... 19/06
Marchés : entre craintes et espoirs... 13/06
Toutes les vidéos
"Quand la zone euro explosera..."
L'un des best-sellers des livres économiques en 2013
Le premier livre a avoir prévu la sortie de la récession dès février 2009
Plus de 15 000 exemplaires vendus
Merci aux 12500 signataires de la
petition pour une BCE responsable
Malheureusement, le combat continue...
Cliquez pour consulter la plaquette du cabinet ACDEFI
L'humeur de la semaine - 14 mai 2015
Oui, avec un niveau de 0,6 %, la croissance française du premier trimestre 2015 a été plus forte que prévu, ce qui constitue donc une bonne nouvelle. Non, ce chiffre ne préfigure absolument pas de l’évolution de l’économie française pour l’ensemble de cette année. En effet, au-delà de l’information brute, le détail des chiffres de l’INSEE montre combien il faut la relativiser. Ainsi, sur ces 0,6 %, 0,5 point vient de la formation de stocks, variable d’ajustement particulièrement volatile et qui ne reflète pas la réalité intrinsèque de l’activité économique. Autrement dit, il paraît plus opportun de souligner que, hors stocks, la vraie croissance du premier trimestre n’a été que de 0,1 %. Encore plus grave, l’investissement total a reculé pour le cinquième trimestre consécutif. Il s’est même effondré de 1,4 % dans le secteur du logement et n’a progressé que de 0,2 % dans le domaine de l’investissement des entreprises. Or, l’investissement est le principal indicateur avancé de l’emploi. Cela signifie donc que ce dernier n’est toujours pas près de redémarrer et que le chômage est toujours loin de pouvoir baisser. Au premier trimestre 2015, l’emploi dans les secteurs marchands a d’ailleurs encore reculé de 0,1 %, soit 13 500 destructions d’emplois nettes sur un trimestre. On en recense 284 600 depuis le deuxième trimestre 2011 et 634 100 depuis le premier trimestre 2008. En fait, le niveau actuel de l’emploi marchand (en l’occurrence 15,799 millions de personnes) est à un plus bas depuis le premier trimestre 2004 ! De quoi rappeler que la France reste engluée dans une faible croissance sans emploi depuis plus de dix ans, un phénomène qui s’est aggravé depuis 2008. Et cela ne devrait malheureusement pas s’arranger...
L'humeur de la semaine - 07 mai 2015
Pour le moment, tout va bien ! Tout va même de mieux en mieux, à en croire certains. Et pour cause : après le FMI, la BCE et de nombreux instituts de conjoncture, la commission européenne a relevé ses prévisions de croissance pour la zone euro et pour la France en 2015. Magnifique ! Seulement voilà, comme nous l’avons souvent démontré, le consensus a très souvent tort. Autrement dit, c’est lorsque tout le monde pense la même chose qu’il faut commencer à s’inquiéter. Et ce, en particulier lorsque les prévisions du FMI, de la BCE et de la Commission européenne convergent. Il serait par exemple utile de rappeler qu’en 2007 et jusqu’au début 2008, ces trois institutions soulignaient que l’économie eurolandaise se portait à merveilles et lui prévoyaient une croissance soutenue pour 2008-2009... Pourtant, après six crise tous les sept ans depuis 1973, le krach de 2015 pourrait constituer la septième crise, ou encore le « big one » tant redouté sur les marchés. Car si un krach se produit cette année, la croissance mondiale s’effondrera. Or, les autorités monétaires et budgétaires internationales ont déjà utilisé toutes leurs cartouches pour tenter de relancer la machine. D’où une question simple : que se passera-t-il le jour d’après ? Dans une de ses recommandations de 2013, le FMI a déjà annoncé la couleur : taxer les dépôts bancaires et l’épargne sur livret au sens large, à hauteur de 10 % au-delà d’un certain seuil, par exemple 100 000 euros. Autrement dit, tous les ménages et les entreprises disposant de plus de 100 000 sur n’importe quel type de comptes bancaires se verraient ponctionner 10 % de leur « surplus ». Et ce « overnight », c’est-à-dire du jour au lendemain et sans sommation...
L'humeur de la semaine - 30 avril 2015
Cela commence vraiment à devenir fatiguant : depuis le début de la crise grecque en 2010, le même épisode se répète inlassablement : la Grèce est au bord de l’explosion, à deux doigts de sortir de la zone euro, et, au dernier moment, une solution est trouvée, redonnant un bol d’air aux dirigeants grecs et apaisant temporairement les partenaires européens et les marchés financiers, jusqu’à la prochaine crise. On se croirait presque dans « les feux de l’amour », mais sans amour… Les dernières semaines viennent de nous en donner un nouvel exemple, avec les revirements de Tsipras et la mise de côté médiatique de Varoufakis. Mais il ne faut pas se leurrer : que le chef de l’équipe de négociation grecque soit un « pitbull » ou un « labrador », le gouvernement grec n’a toujours pas l’intention de revenir sur son programme et de respecter les échéances de remboursement de la dette publique. Autrement dit, le plan A de renégociation de la dette grecque avec en contrepartie l’abandon des mesures économiques prônées par Syriza est mort et enterré. Il reste donc toujours le plan B, qui aurait notre préférence mais qui fait évidemment peur à tout le monde, en l’occurrence le non-remboursement d’une partie de la dette grecque en échange d’une sortie propre et sous contrôle de la Grèce de la zone euro. D’où l’avènement d’un plan C. Celui-ci consisterait à octroyer un nouveau cadeau d’une centaine de milliards d’euros à la Grèce sans contrepartie majeure, si ce n’est quelques ajustements cosmétiques du discours de Tsipras. Dès lors, comme le déficit public grec continuera d’augmenter, il faudra encore consentir de nouveaux cadeaux dans environ un an. Et le puit sans fond continuera de se creuser… Autrement dit, la Grèce deviendra un pays sous perfusion permanente, réduisant encore davantage la crédibilité, déjà bien faible, de la zone euro. En fait, qu’il s’agisse du plan B ou C, une tempête économique et financière, d’abord européenne, puis internationale, paraît inévitable d’ici la fin 2015. Explications...
L'humeur de la semaine - 24 avril 2015
Une fois encore, et comme cela s’observe continument depuis près de trente ans, les dirigeants français cherchent à résoudre un problème global par le petit bout de la lorgnette, en ayant recours à des mesures cosmétiques et à des efforts marketing conséquents. Ainsi, après le doliprane de la loi Macron et avant l’advil de la loi Macron II, le Président Hollande a décidé d’utiliser un simple placebo pour faire semblant de lutter contre le chômage et la précarité de la jeunesse française. Et pour cause : plutôt que de créer les conditions nécessaires à une croissance durablement plus forte et à de vraies créations d’emplois, il a préféré étendre la prime d’activité aux moins de vingt-cinq ans. A l’évidence, nous sommes toujours très loin des réformes structurelles et de la thérapie de choc dont a besoin l’économie française pour retrouver sa vigueur d’antan perdue dans les années 1980. A l’époque le taux de chômage était inférieur à 3 % et celui des moins de vingt-cinq ans presque inexistant. Aujourd’hui, en dépit de toutes les aides, des emplois d’avenir et de tous les traitements statistiques possibles, le premier est de 10,5 % et le second de 25 %. Des niveaux qui se rapprochent respectivement des 50 % et des 60 % dans les ZUS (les zones urbaines sensibles). Laisser croire que tout va s’arranger en étendant la prime d’activité tient donc de la gageure, ou plutôt de la mascarade. En effet, au-delà du problème majeur et non résolu de son financement, cette mesure oublie simplement l’essentiel : les jeunes n’ont pas besoin de fausses aides, qui participent d’ailleurs à aggraver leur précarité. Ils veulent plutôt de vrais emplois, bien rémunérés, eux-mêmes liés à une croissance économique structurellement plus forte et à un marché du travail modernisé et plus fluide. Alors, s’il vous plaît, MM. Hollande et Valls, cessez de faire comme vos prédécesseurs, en vous contentant de colmater les brèches et de faire du marketing. Ayez enfin le courage d’engager la France sur le chemin des réformes structurelles et de la modernité économique.
L'humeur de la semaine - 17 avril 2015
Plus les semaines passent, plus les signes probants de bulle financière sur les marchés boursiers et obligataires s’accumulent. Et ce dans l’indifférence quasi-générale. Normal : les bulles ne sont reconnues qu’après avoir explosé… Au cours de la semaine écoulée, trois nouveaux signaux de ce type se sont produits. Primo, en dépit du ralentissement aggravé de l’activité aux Etats-Unis et en Chine, les grands indices boursiers ont continué de progresser en toute tranquillité, obérant complétement que leur flambée commence vraiment à se déconnecter de la réalité économique mondiale. Secundo, dans une dizaine de pays européens, les Etats peuvent désormais emprunter à des taux négatifs. Autrement dit, les investisseurs acceptent désormais de payer pour prêter leur agent à des Etats surendettés. Si, à la rigueur, ce comportement pourrait se comprendre dans le cas de l’Allemagne ou de la Suisse (quoique…), il apparaît complètement absurde dans les cas de la France ou encore de l’Espagne et ce d’autant que cette anomalie concerne de plus en plus souvent des échéances à moyen et long terme : dix ans pour la Suisse, neuf ans pour l’Allemagne et jusqu’à six ans pour la France et pour l’Irlande ! L’atteinte d’un taux négatif en Espagne à l’échéance de six mois alors que des élections déterminantes et à haut risque s’y produiront d’ici là est tout autant déconcertante. Tertio, en dépit de ces « énormités », le Président de la BCE n’a pas hésité à déclarer qu’il n’existait pas de bulle obligataire en Europe. En d’autres termes, « Super Mario » Draghi est, lui aussi, tombé dans l’aveuglement collectif et participe donc par là même à alimenter les bulles financières qu’il refuse de voir. C'est fou !
L'humeur de la semaine - 13 avril 2015
Qu’ils soient de long terme ou à courte échéance, qu’ils concernent les grandeurs financières ou les agrégats économiques, les cycles sont inévitables. S’ils sont bien anticipés, ils permettent de prendre de bonnes décisions de politiques économiques et/ou de stratégies d’investissement. Sinon, ils peuvent devenir une source de déboires tant d’un pont de vue financier qu’économique et social. Le problème est donc de réussir à les identifier suffisamment tôt et de parvenir à les dater le plus justement possible. Et ce, a fortiori depuis quelques années où les crises, les révolutions technologiques et les cycles économiques sont de plus en plus massifs et violents, devenant par là même difficilement prévisibles. Plus que jamais, la prévision doit donc se faire avec la plus grande humilité possible. C’est dans ce cadre que nous avons décelé un nouveau cycle de crise économique et financière de sept ans : 1973, 1980, 1987, 1994, 2001, 2008. La septième crise serait donc pour 2015. Mais, à la différence des six crises précédentes, qui étaient difficilement prévisibles puisque liées à des chocs extra-économiques, les arguments justifiant une nouvelle crise sont aujourd'hui particulièrement nombreux : flambée artificielle (donc bulle) des marchés obligataires et boursiers internationaux, ralentissement de la croissance mondiale, incapacité de la zone euro à sortir du pétrin grec, dette publique proche 100 % du PIB dans de très nombreux pays européens (notamment la France) également incapables de retrouver le chemin de la croissance forte, risque de resserrement monétaire aux Etats-Unis, pays émergents fragilisés, sans oublier les forts risques géopolitiques à travers le monde (Russie-Ukraine, Iran, Daesh, menaces terroristes en Occident…). Bref, le monde est assis sur un baril de poudre. La question est simplement de savoir qui sera le détonateur de la prochaine crise. Réponse ci-après, avec en conclusion un message important : Carpe Diem !
L'humeur de la semaine - 02 avril 2015
Depuis quelques semaines, un vent d’euphorie souffle sur les marchés financiers, mais aussi sur les perspectives de l’économie mondiale et en particulier de celle de la zone euro. A priori, tous les signaux seraient au vert : baisse des cours du pétrole et de la grande majorité des matières premières, politiques monétaires ultra-accommodantes à travers la planète, faiblesse exceptionnelle et durable des taux d’intérêt obligataires, indicateurs avancés de la conjoncture en nette hausse, notamment dans l’UEM,… Bref, nous assistons à une sorte « d’alignement des planètes » qui permettrait à l’économie mondiale de surfer durablement sur la vague de la croissance forte et aux marchés financiers de connaître une hausse sans fin. En d’autres termes, comme dirait le Candide de Voltaire : « tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes ». Seulement voilà, c’est souvent lorsque le consensus se généralise et que tout le monde (des investisseurs chevronnés à Madame Michu, en passant par les économistes et les journalistes) pense la même chose qu’il faut commencer à se méfier. En effet, portée par quelques indicateurs favorables et quelques bonnes nouvelles exogènes, cette majorité dominante oublie l’essentiel : les risques qui pèsent sur la croissance mondiale demeurent élevés. A commencer bien entendu par les dangers géopolitiques : Russie, Daesh, Iran, Lybie, attentats en occidents… Mais au-delà de ces risques que nous ne maîtrisons évidemment pas, ceux qui pèsent d’ores et déjà sur l’activité économique mondiale sont nombreux : ralentissement aux Etats-Unis et en Chine, remontée des taux directeurs de la Fed d'ici l'été prochain, forte décélération dans de nombreux pays émergents (et notamment en Russie et au Brésil), crise grecque et faible reprise dans la zone euro et en France en particulier, risque de correction sur les marchés boursiers et obligataires. Pour toutes ces raisons, nous sommes contraints de réviser à la baisse notre prévision de croissance mondiale de 3,9 % à 3,5 % pour 2015. Si une telle performance demeure très favorable, elle risque néanmoins d’être encore revue si les risques latents que nous avons évoqués plus haut se matérialisent. La prudence doit donc rester de mise.
L'humeur de la semaine - 27 mars 2015
Sans surprise, la dette publique française a continué de progresser. Au quatrième trimestre 2014, elle a ainsi atteint un nouveau sommet historique de 2 037,8 milliards d’euros. Elle représente désormais 95 % du PIB, soit 0,2 point de moins qu’au troisième trimestre, mais 10 points de plus qu’en 2011. Bien entendu, le gouvernement français préfère mettre l’accent sur la réduction du déficit public à 4 % du PIB en 2014. Seulement voilà, cette réduction a pu notamment s’obtenir grâce à la baisse des taux d’intérêt des obligations d’Etat. Sans cette dernière, le déficit public aurait été d’au moins 4,5 % du PIB. De plus, comme cela s’observe depuis l’après-guerre de façon ininterrompue, la dépense publique a continué d’augmenter : + 1,6 % en 2014, soit un total de 1 226,5 milliards d’euros, c’est-à-dire 57,2 % du PIB. Un autre record historique et presque mondial (seuls six pays dans le monde font plus que nous) dont on se serait bien passé. Pour 2015, avec une croissance économique d’environ 0,8 %, une politique fiscale toujours prohibitive, le maintien d’un taux de chômage de l’ordre de 10,5 % et une nouvelle augmentation des dépenses publiques, le déficit public français continuera d’avoisiner les 4 % du PIB. Pire, avec la remontée probable des taux d’intérêt des obligations d’Etat, il pourrait atteindre les 4,5 %. De la sorte, la dette publique atteindra tranquillement les 100 % du PIB. La question reste simplement de savoir si les investisseurs utiliseront cet argument pour délaisser les obligations d’Etat, suscitant une hausse massive des taux longs et réactivant la crise de la dette...
L'humeur de la semaine - 20 mars 2015
Ca y est, elle est là ! Formidable, majestueuse, pleine de vigueur et d’optimisme : la reprise ! Juré, craché, elle ne nous décevra pas cette fois-ci. C’est du moins ce que nous promettent les dirigeants du pays, mais aussi de plus en plus d’économistes, en mal de reconnaissance et surtout de se faire bien voir par la « haute hiérarchie », sans oublier certains journalistes qui confondent vraisemblablement les prévisions du gouvernement avec la réalité. Car, le problème est bien là : pour le moment, la reprise n’apparaît nulle part sauf dans certaines enquêtes de conjoncture (en fait, une seule : celles des directeurs d’achat dans les services) et dans les conjectures gouvernementales. Avouons que cela est un peu léger pour sonner le tocsin ! Certes, certains ingrédients nécessaires pour permettre à la croissance de se redresser significativement et durablement sont bien là. A commencer par la baisse des prix du pétrole et de nombreuses matières premières, ainsi que la dépréciation massive de l’euro. Mais attention, cette "reprise" est très fragile. Pire, elle constitue un piège ou encore un aléa moral. En effet, plutôt que d'en profiter pour enfin moderniser l’économie française en engageant de vraies réformes structurelles, les dirigeants du pays vont plutôt l'utiliser pour ne rien faire, laissant croire aux Français que le petit regain de croissance est le fruit de la politique menée. C’est exactement ce qu’avait fait Lionel Jospin en 1998-2000, ce qui ne lui avait d’ailleurs pas porté bonheur. Plus que jamais, il nous paraît donc indispensable de mener les profondes réformes décrites dans « Guérir la France La thérapie de choc ». Nous sommes conscients que cette dernière ne plaît pas à tout le monde. Nous avons par exemple appris que certains chroniqueurs de livres de la presse nationale avaient décidé, d’un commun accord, de ne pas en parler. On se croirait vraiment dans un autre temps et dans un autre pays. Mais ce n'est pas grave, continuons le combat : Oui, la France peut encore être sauvée, mais en 2017, il sera peut-être trop tard...
L'humeur de la semaine - 13 mars 2015
Ne boudons pas notre plaisir : nous réclamions une « planche à billets » de la BCE et une baisse de l’euro. Nous l’avons. Nous souhaitions la remontée des marchés boursiers et l’évitement d’une forte déflation. Nous l’avons également. Seulement voilà, les marchés ne savent pas faire dans la délicatesse, mais préfèrent la brutalité des mouvements. Ainsi, alors qu’il y a encore quelques mois, nous étions parmi les très rares à anticiper une dépréciation significative de l’euro, aujourd’hui tous les prévisionnistes et les investisseurs se sont ralliés à cette anticipation. Mieux, ou plutôt pire, ceux qui annonçaient que l’euro allait remonter vers les 1,40 dollar, sans parler de ceux qui prédisaient un euro à 2 dollars il y a encore quelques années, prévoient aujourd’hui le passage imminent sous la barre du 1 dollar pour 1 euro. Si la baisse de l’euro et la hausse des marchés boursiers sont en partie justifiées, elles atteignent désormais des niveaux excessifs par rapport à la réalité économique. Il en est d’ailleurs de même de la faiblesse des taux d’intérêt des obligations des Etats européens ou du prix du baril. Dans tous ces cas, nous sommes donc tombés dans une bulle, c’est-à-dire un mouvement spéculatif auto-entretenu de déconnexion entre les grandeurs financières et la réalité économique. Aussi, nous anticipons que dans la mesure où ils obéissent désormais à des mouvements spéculatifs, la baisse de l’euro et la hausse des marchés boursiers pourra temporairement se poursuivre de manière excessive. Un euro à 0,95 dollar et un Cac 40 à 5 500 points sont donc envisageables à court terme. En revanche, la réalité économique et financière reprendra progressivement le dessus, permettant de stabiliser l’euro autour de 1,05 dollar et le Cac 40 autour de 4800 points à l’horizon du début 2016. D’ici là, à chaque fois que ces barrières seront franchies, il ne faudra pas tarder à prendre ses bénéfices et à jouer le mouvement inverse. Autrement dit, la volatilité et les montagnes russes resteront particulièrement actives au cours des prochains trimestres.
L'humeur de la semaine - 06 mars 2015
Si, pour l’instant, la situation de la Grèce et celle de la France demeurent apparemment différentes, elles sont en fait très proches. En effet, dans les deux cas, les dirigeants du pays essaient de gagner du temps en masquant la réalité économique et financière à leurs concitoyens et, par la même occasion, au reste du monde. Le pire c’est que, pour le moment, ça marche... Certes, les dirigeants grecs sont au firmament du mensonge et de la manipulation. Ainsi, en plus d’essayer de nous faire croire qu’ils vont faire de vraies réformes économiques structurelles et réussir enfin à collecter l’impôt, tout en réduisant leurs déficits publics (cela ne fait que quinze ans qu’ils le promettent avec les résultats que l’on connaît), ils ont désormais décidé de pousser le bouchon un peu plus loin. En effet, plutôt que de s’excuser de leurs erreurs et d’avouer qu’ils ne rembourseront pas leurs dettes, ils n’hésitent plus désormais à jeter l’opprobre sur leurs partenaires espagnols et portugais, qui, à juste titre, ne comprennent pas la multitude des cadeaux consentis à la Grèce qui, vis-à-vis des efforts douloureux réalisés en Espagne et au Portugal, apparaissent particulièrement injustes. Nous retrouvons là le syndrome de la cigale et de la fourmi, régulièrement observé entre la France et l’Allemagne, lorsque la première critique ouvertement la seconde alors qu’elle n’a pas mené un dixième des réformes engagées outre-Rhin. A l’évidence, France-Grèce, même combat... Mais aussi, mêmes mensonges. Car, de la même façon que les dirigeants grecs promettent qu’ils vont réformer leur économie et augmenter les recettes fiscales en vain, ceux de la France continuent de faire preuve d’ingéniosité pour annoncer que la reprise va finir par s’imposer dans l’Hexagone. Mais attention : plus on tarde à affronter les problèmes, plus ces derniers sont difficiles à résoudre. Dans quelques mois, la vérité ne pourra donc plus être cachée : les Grecs ne rembourseront pas leurs dettes et les Français retrouveront le triste chemin de la récession. Dommage...
L'humeur de la semaine - 27 février 2015
Que ce soit pour les pays du sud de l’Europe, pour l’Allemagne, la France ou encore la zone euro dans son ensemble, la déflation n’est plus une menace mais une réalité particulièrement dangereuse. Dire qu’il y a encore quelques mois, la majorité des économistes annonçait qu’elle ne se produirait jamais, notamment dans l’Hexagone... Seulement voilà, pour la deuxième fois de son histoire contemporaine (la première remontant à 2009), l’économie française affiche un glissement annuel négatif de ses prix à la consommation, en l’occurrence - 0,4 % en janvier (- 0,6 % dans la zone euro). Et ce n’est pas fini, car, pour les mois à venir, celui-ci continuera de baisser pour avoisiner les - 1 %, un niveau similaire à celui qui devrait prévaloir dans la zone euro. Or, si la déflation s’installe, les entreprises subissent une baisse durable de leur chiffre d’affaires, donc de leurs marges, voire enregistrent des pertes, ce qui les oblige à réduire leurs coûts et notamment leur masse salariale. Dès lors, le chômage augmente, les salaires reculent, la consommation se replie, les entreprises ont encore plus de difficultés financières, d’où une nouvelle vague de licenciements… et le cercle pernicieux continue. Et ce d’autant que les dettes publiques et privées sont élevées. Nous subissons donc aujourd’hui le retour de la « debt deflation ». Il s’agit de la catégorie de crise la plus grave, c’est-à-dire celle qui allie une bulle de la dette et une phase de déflation, donc de baisse des prix. Soyons clairs : seule une remontée de l'inflation nous permettra de sortir de la crise...

Les analyses hebdomadaires
A suivre du 18 au 22 mai :
- Mardi 19, 11h (heure de Paris) : légère baisse des indices ZEW en Allemagne et dans la zone euro.
- Mardi 19, 11h : confirmation d’une inflation eurolandaise à 0,0 %.
- Mardi 19, 14h30 : augmentation modérée des mises en chantier et des permis de construire aux Etats-Unis.
- Jeudi 21, 3h35 : quasi-stabilisation de l’indice HSBC PMI sous les 50 dans l’industrie manufacturière chinoise.
- Jeudi 21, 3h35 : l’indice Nomura/JMMA PMI dans le secteur manufacturier japonais reste également sous la barre des 50.
- Jeudi 21, 9h : les indices Markit PMI reculent encore en France : toujours sous les 50 dans l’industrie et légèrement au-dessus dans les services.
- Jeudi 21, 9h30 : les indices Markit PMI baissent dans l’industrie et les services en Allemagne mais restent encore supérieurs à 50.
- Jeudi 21, 10h : nouveau recul, certes limité, des indices Markit PMI dans l’industrie et les services dans la zone euro.
- Jeudi 21, 15h45 : nouvelle baisse de l’indice Markit PMI dans l’industrie aux Etats-Unis.
- Jeudi 21, 16h : petite hausse des indicateurs avancés du Conference Board outre-Atlantique.
- Vendredi 22, 8h : confirmation du ralentissement de la croissance allemande au premier trimestre 2015.
- Vendredi 22, 8h45 : l’indice INSEE du climat des affaires dans l'ensemble des secteurs d'activité repart à la baisse.
- Vendredi 22, 10h : l’indice IFO du climat des affaires baisse légèrement outre-Rhin.
- Vendredi 22, 14h30 : l’inflation américaine reste proche de 0 %.