Les publications de la rubrique 'L'humeur de la semaine' sont en accès libre pendant 30 jours, au delà l'accès est réservé aux clients d'ACDEFI
Connexion
Pas encore client ACDEFI ?
Les analyses hebdomadaires
« Et bien alors, Marc, où est passé votre optimisme habituel ? » Telle est la remarque qui m’est régulièrement adressée depuis quelques mois et notamment depuis que j’ai annoncé que 2015 allait être une année difficile tant d’un point de vue économique que boursier. Soyez rassurés, je reste optimiste par nature. Pour autant, il serait stupide de se voiler la face : oui, une nouvelle crise économico-financière a bien commencé en 2015. Les symptômes sont malheureusement nombreux : ralentissement de l’économie chinoise, récession dans de nombreux pays (notamment « émergents », tels que l’Argentine, le Brésil et la Russie, mais aussi dans des pays développés, tel que le Canada), décélération de la croissance mondiale, correction boursière et forte volatilité des variables financières... Le pire est que face à ces évolutions défavorables, les armes de politique économique pour tenter de relancer la machine sont limitées, pour ne pas dire inexistantes. En fait, seuls les pays disposant de réserves de change conséquentes (notamment les pays asiatiques) et/ou d’une marge de manœuvre budgétaire appréciable (principalement l’Allemagne et la Chine) ont de quoi affronter cette nouvelle crise. Dans ces conditions, la crise de 2015 pourrait s’avérer encore plus difficile et dommageable que celle de 2008. Face à cette sombre perspective, il pourrait évidemment être tentant de baisser les bras. Mais attention : si nous nous décourageons, nous sommes alors sûrs de perdre, car le pessimisme est, par définition, auto-réalisateur et par là même destructeur. En revanche, nous pouvons aussi opter pour une deuxième solution : celle de la sortie de crise par le haut. Pour ce faire, il suffit de se retrousser les manches et de retrouver une certaine dose d’espoir, voire d’optimisme. Ne l’oublions jamais : les crises font partie de la vie économique. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’en mandarin, le mot « crise » se décompose en deux mots « danger » (Wei) et « opportunité » (Ji) !
A suivre du 31 août au 4 septembre :
- Lundi 31, 11h (heure de Paris) : l’inflation se stabilise à 0,2 % dans la zone euro.
- Mardi 1er, 3h45 : confirmation de la nouvelle baisse largement sous les 50 de l’indice Caixin PMI dans l’industrie chinoise.
- Mardi 1er, de 9h50 à 10h : les indices Markit PMI des directeurs d’achat dans l’industrie sont révisés en légère baisse en France, en Allemagne et dans la zone euro.
- Mardi 1er, 11h : le taux de chômage se stabilise à 11,1 % dans la zone euro.
- Mardi 1er, 15h45 : aggravation de la baisse des indices Markit PMI dans l’industrie aux Etats-Unis.
- Mardi 1er, 16h : l’indice ISM des directeurs d’achat recule outre-Atlantique.
- Mercredi 2, 14h15 : les créations d’emplois ralentissent aux Etats-Unis selon l’ADP.
- Mercredi 2, 14h30 : la productivité américaine rebondit légèrement au deuxième trimestre.
- Mercredi 2, 16h : la reprise des commandes industrielles se poursuit aux Etats-Unis.
- Jeudi 3, 3h45 : l’indice Caixin PMI dans les services recule sensiblement en Chine.
- Jeudi 3, 7h30 : le taux de chômage augmente à 10,4 % au deuxième trimestre 2015 en France.
- Jeudi 3, de 9h50 à 10h : les indices Markit PMI des directeurs d’achat dans les services sont révisés en légère baisse en France, en Allemagne et dans la zone euro.
- Jeudi 3, 13h45 : nouveau statu quo de la BCE.
- Jeudi 3, 14h30 : quasi-stabilisation du déficit extérieur américain.
- Jeudi 3, 16h : nette baisse de l’indice ISM des directeurs d’achat dans le secteur non-manufacturier aux Etats-Unis.
- Jeudi 3, 20h : la Fed ne peut pas se permettre d’augmenter ses taux directeurs à court terme.
- Vendredi 4, 7h45 : stabilisation de l’indice INSEE de confiance des ménages français.
- Vendredi 4, 11h : la croissance de 0,3 % du PIB eurolandais est confirmée pour le deuxième trimestre 2015.
- Vendredi 4, 14h30 : les créations d’emploi ralentissent et le taux de chômage se stabilise outre-Atlantique.