Les publications de la rubrique 'L'humeur de la semaine' sont en accès libre pendant 30 jours, au delà l'accès est réservé aux clients d'ACDEFI
Connexion
Pas encore client ACDEFI ?
Les analyses hebdomadaires
La nature de l’être humain est ainsi faite (en particulier en Europe) que tant qu’il ne se retrouve pas devant le fait accompli, il ne parvient pas à admettre la réalité des menaces environnantes. Ainsi, depuis quelques années, nous n’avons cessé d’alerter sur le danger d’une ponction des comptes bancaires. Mais peu de personnes y ont cru. Et ce, en dépit des recommandations en ce sens formulées par le FMI au lendemain de la crise de 2008-2009. Des recommandations qui ont d’ailleurs été mises en pratique lors de la crise chypriote de 2013. A l’époque, en dépit de la réglementation bancaire qui interdisait la taxation unilatérale des dépôts à vue, le gouvernement chypriote, sous le haut patronage de l’Union européenne et du FMI, a tout simplement spolié une grande partie des dépôts bancaires au-delà de 100 000 euros. Plus récemment, la directive européenne relative au « redressement des banques et à la résolution de leurs défaillances » (BRRD) a enfoncé définitivement le clou. Celle-ci a d’ailleurs été transposée en France par ordonnance en toute discrétion il y a tout juste un an, le 21 août 2015, et est entrée en vigueur le 1er janvier 2016. Ainsi, depuis cette date, les comptes des clients dotés de plus de 100 000 euros de dépôts pourront être prélevés pour contribuer au sauvetage de leur banque. Enfin, parachevant cette démarche vers une spoliation organisée des comptes bancaires, la BCE a consacré un taux de dépôt négatif. Il était d’abord de - 0,1 % en juin 2014, - 0,2 % en septembre 2014, puis - 0,3 % en décembre 2015 et a ensuite été abaissé à - 0,4 % le 16 mars 2016. Cette semaine, prolongeant la route vers la spoliation des particuliers, la petite banque coopérative bavaroise, Raiffeisen Gmund, a décidé d’aller encore plus loin, en instaurant des taux d'intérêt négatifs sur les dépôts de plus de 100.000 euros de ses clients privés. La boîte de Pandore est donc définitivement grande ouverte. Il n’y a désormais plus aucune équivoque : lors de la prochaine crise financière, dans la mesure où les autorités monétaires et budgétaires du monde occidental, notamment en Europe et en particulier en France, n’ont plus de marge de manœuvre pour relancer la machine, la recommandation du FMI sera mise à exécution. En l’occurrence, taxer les dépôts bancaires et l’épargne sur livret au sens large, à hauteur de 10 % au-delà d’un certain seuil, par exemple 100 000 euros. Autrement dit, tous les ménages et les entreprises disposant de plus de 100 000 euros sur n’importe quel type de comptes bancaires se verront ponctionner 10 % de leur « surplus ». Et ce « overnight », c’est-à-dire du jour au lendemain et sans sommation...
A suivre du 22 au 26 août :
- Mardi 23, 2h35 (heure de Paris) : quasi-stabilisation de l’indice Nikkei PMI dans l’industrie japonaise.
- Mardi 23, 9h : les indices Markit PMI repartent sous les 50 dans l’industrie et les services en France.
- Mardi 23, 9h30 : les indices Markit PMI reculent sensiblement dans l’industrie et les services en Allemagne.
- Mardi 23, 10h : les indices Markit PMI baissent également nettement dans l’industrie et les services dans la zone euro.
- Mardi 23, 14h30 : rebond correctif des commandes de biens durables aux Etats-Unis.
- Mardi 23, 15h45 : l’indice Markit PMI régresse légèrement dans l’industrie américaine.
- Mardi 23, 16h : l’indice de confiance des ménages recule encore dans la zone euro.
- Mercredi 24, 8h : confirmation du ralentissement mesuré de la croissance allemande au deuxième trimestre 2016.
- Mercredi 24, 18h : le chômage continue d’augmenter en France.
- Jeudi 25, 8h45 : les indices INSEE du climat des affaires dans l’industrie et dans l’ensemble des secteurs reculent nettement dans l’Hexagone.
- Jeudi 25, 10h : l’indice IFO du climat des affaires retrouve le chemin de la baisse en Allemagne.
- Jeudi 25, 15h45 : les indices Markit PMI « services » et « composite » reculent légèrement aux Etats-Unis.
- Vendredi 26, 1h30 : la déflation perdure au Japon.
- Vendredi 26, 8h : baisse modérée de l’indice GfK de confiance des ménages allemands.
- Vendredi 26, 8h45 : révision baissière de la croissance française du deuxième trimestre 2016.
- Vendredi 26, 8h45 : l’indice INSEE de confiance des ménages régresse encore en France.
- Vendredi 26, 10h30 : la croissance de 0,6 % du PIB britannique au deuxième trimestre 2016 est confirmée.
- Vendredi 26, 14h30 : confirmation de la croissance molle aux Etats-Unis au deuxième trimestre 2016.
- Vendredi 26, 16h : l’indice Reuters/Université du Michigan de confiance des consommateurs américains est révisé en légère baisse.