Les publications de la rubrique 'L'humeur de la semaine' sont en accès libre pendant 30 jours, au delà l'accès est réservé aux clients d'ACDEFI
Connexion
Pas encore client ACDEFI ?
Les analyses hebdomadaires
Après un été particulièrement belliqueux sur la scène géopolitique internationale, la rentrée s’annonce au moins tout aussi difficile. Ainsi, en dépit du « cessez-le feu permanent » conclu entre Israël et le Hamas, les conflits militaires avérés ou potentiels ne manquent pas : Ukraine, Syrie, Irak, Lybie, Centrafrique, Soudan… sans parler des risques d’attentats terroristes dans les pays occidentaux. Certes, pour le moment, ces conflits n’ont quasiment pas eu d’impact sur les prix pétroliers. De même, la croissance mondiale ainsi que les marchés boursiers et obligataires sont restés bien orientés. Dans ce cadre, il pourrait donc paraître évident de défendre un scénario favorable pour les mois à venir, voire un nouveau rallye boursier. Pour autant, il nous paraît plus opportun de maintenir la prudence. En effet, la multiplication des dangers géopolitiques commence à jouer sur le climat des affaires. Et ce, en particulier en Europe, qui souffre d’ores et déjà de l’embargo russe sur certains produits. De plus, la situation économique, sociale et politique de la France commence à devenir vraiment inquiétante. Aussi, le 19 septembre prochain, Moody’s devrait fortement dégrader la note de la France (sûrement de deux crans) pour manquement à tous ses objectifs : déficits publics, dette, croissance, chômage. La question est alors de savoir quelle sera la réaction des marchés et des investisseurs : l’indifférence, notamment grâce à l’action de la BCE, ou alors le réveil brutal qui se traduira par une forte sanction sur les marchés obligataires et boursiers ? La réponse n’est pas tranchée, mais entre des menaces géopolitiques de plus en plus pesantes et un risque politico-financier majeur en France, il est clair que la rentrée de septembre apparaît particulièrement dangereuse. Bon courage !